L'ENTETE

ou la rage de vivre

affiche funambule finale.jpg

 

Tragédie fantastique

 

Une course contre la montre : l'histoire d'un amour fusionnel et d'une amitié hors normes... L'itinéraire d'une traversée fabuleuse.

Hugo et Lola s'aiment. Passionnément. Oui mais. Ils ont quarante ans d'écart.

Face à l'urgence d'aimer, le désir d'immortalité grandit.

Cet amour ne doit jamais s'éteindre.

Un défi à la nature est lancé.

C'est un maître, chirurgien et ami, qui le relèvera ! ...

Dès lors, Hugo et Lola semblent liés pour l'éternité.

La pièce "L'entêté ou la rage de vivre" a été créée en juillet 2017 au théâtre

Au bout Là-bas, pendant le festival d'Avignon, avec Cornélie Havas, Jean-Pierre Andréani et Stanislas de La Tousche. Elle a ensuite été reprise, dans une version du texte réadaptée, avec Cécile Peyrot, Jean-Pierre Andréani et Stanislas De la Tousche au théâtre l'Albatros, festival OFF d'Avignon 2018.

La nouvelle distribution comprend :

Cécile PEYROT, Jean-Pierre ANDREANI et Jacques ROEHRICH.

Texte et Mise en scène : JP Andréani

Assistants Metteur en scène : Florian Miazga, Axel Petersen

Création Lumières : Laurent Schneegans

Costumes et accessoires : Samya Teboursouki

Décor : Sébastien Ehlinger

Son : Frédéric Malle

Tout public à partir de 15 ans

Du 4 février au 9 avril 2019

 

20 représentations

à ne pas manquer !

Tous les lundis à 19H

et les mardis à 21H

theatre-le-funambule-montmartre.png

Bande-annonce du spectacle :

Au Funambule-Montmartre

53 rue des Saules

75018 PARIS

Résa : 01 42 23 88 83

ou

www.funambule-montmartre.com

Métro Ligne 12 : Lamarck-Caulincourt

Avis des spectateurs Avignon 2018 :

« J’ai eu un réel plaisir. J’ai ri. J’ai été surpris. Le texte est superbe. Mille mercis pour ce moment de théâtre vrai, plein d’émotions ! » 17 juillet 2018   E. R

 

« Très beau spectacle. Merci. »    B.

 

« Merci. Vous m’avez bouleversé. Ecriture, déchirantes résonnances, intimes et fracassantes. La vie est là. » 23 Juillet.    F.

 

«  C’est vertigineux de densité, le corps, l’esprit : associer, dissocier ? Le génie de la technique peut-il se substituer à l’association du corps et de l’esprit ? Merci à vous trois. »     B.

 

« Félicitations ! Que d’émotions ! Ce spectacle est une merveille ! Merciiii ! »   M-C.

 

« Festival terminé. En 10 jours on a vu environ 35 spectacles ...

Cette pièce "l'Entêté" fait partie de nos coups de cœur, par sa finesse d'écriture, de questionnement qu'elle propose à chacun en osant aborder un sujet difficile dans la vie... quoi de mieux que de le regarder en face, de s'y préparer ? J'ai aimé aussi le fait qu'il n'y ait aucune bonne réponse, on passe régulièrement de l'acceptation au rejet de "l'idée de génie" d'Hugo, juste une matière à réflexion, à chacun de trouver le chemin qui lui parlera le plus au moment venu. Originalité en mêlant du fantastique à une situation très concrète, ce qui peut être dérangeant, "l'idée de génie" étant osée et inconfortable. »         F.

 

« J'espère que "l'Entêté" est apprécié. Il le mérite. J'ai vraiment aimé cette pièce moderne, presque tragi-comique, émouvante, surprenante, urgente. Et quand on connait l'histoire, le titre est de plus, un clin d'œil amusant. »                                   A. P.

 

« J’ai aimé votre spectacle, beaucoup, à la fois l’écriture et l’interprétation.

   Le thème est original, déroutant, l’émotion est palpable à chaque instant.

J’ai beaucoup pleuré, ainsi que ma fille de 15 ans. A la sortie, nous avons eu du mal à en parler, tant nous étions troublées. Votre spectacle est excellent et il mérite d’être joué de nombreuses fois. »

 

 « Merci, intensément merci, de m’avoir fait vibrer d’émotions, jusqu’au tréfonds de moi-même. Cécile, votre interprétation magistrale tout autant qu’inspirée, m’a ému aux larmes. »    B.

 

« Jean-Pierre, en tractant vous m’avez – notre échange - m’a donné l’envie de venir… Merci de cette profonde, riche et singulière interrogation sur ce qui nous habite : le désir d’immortalité, l’urgence d’aimer et la difficulté – voire l’impossibilité d’aimer l’Autre autrement que comme un chasseur aime sa proie… Bravo pour ce texte et pour l’interprétation. »   C. G